LES SERVICES ÉCOSYSTÉMIQUES

Les services écosystémiques reflètent les interactions entre une société et son environnement, au travers des bénéfices que la société tire des écosystèmes. Ils reflètent les interactions entre les dynamiques écologiques, l’utilisation des terres et les priorités données aux différents services écosystémiques par les acteurs locaux et les décideurs politiques dans leur gestion du territoire.

Ces priorités se définissent au travers de l’utilisation humaine des processus naturels pour la fourniture de biens matériels (par exemple la production de bois), la valorisation de processus de régulation écologique (par exemple la régulation de l’érosion), et le support à des bénéfices culturels non producteurs de biens matériels (par exemple la valeur esthétique d’un paysage). C’est à ceci que se réfère la notion de services écosystémiques. Ils permettent donc de faire le lien entre un système social et un système écologique.

présentation

Cadre conceptuel pour l’évaluation des écosystèmes et de leurs services; D’après les documents de l’Union Européenne, stratégies pour la biodiversité à l’horizon 2020.

Il est important de bien différencier les fonctions écologiques, qui sont les processus biologiques de fonctionnement et de maintien des écosystèmes, des services écosystémiques, qui sont les bénéfices retirés par l’homme des ressources naturelles produites par les écosystèmes (par exemple : la production de cultures alimentaires) et du rôle de ces écosystèmes (par exemple : la fonction d’épuration de l’eau de certains milieux naturels). Pour parler de services, on doit donc se référer à l’utilisation ou à l’accord des valeurs à des propriétés ou fonctions liées explicitement aux écosystèmes. Sont donc exclus par exemple les éléments abiotiques comme les glaciers, les mers sans leurs organismes…

Des actions de gestion de l’écosystème peuvent également intervenir sur la fourniture ou non (ou la fourniture plus ou moins forte) de ces services, dans ce cas les services écosystémiques peuvent être favorisés ou pénalisés par une action anthropique. Ainsi, les services écosystémiques sont souvent qualifiés de services environnementaux. Dans l’agriculture par exemple, la gestion va jouer un rôle dans la fourniture des services de production.

Éléments de contexte

Née en 2000, « l’évaluation des écosystèmes pour Ie millénaire » (Millenium Ecosystem Assessment) présente l’état, les tendances et les fonctions des services écosystémiques à travers le monde.

En 2011, les objectifs d’Aichi mettent en place un plan stratégique d’actions pour préserver la biodiversité et les services écosystémiques à l’horizon 2020. Suite à ces reconnaissances politiques et consensus scientifiques au niveau mondial, le concept de services écosystémiques est largement diffusé et suscite un intérêt croissant à des échelles décisionnelles plus fines :

– au niveau européen, l’application opérationnelle des services écosystémiques est recherchée tant dans le cadre de la mise en œuvre de la Directive Cadre sur l’Eau (DCE, 2000) que pour la stratégie de la biodiversité pour 2020 ;

– au niveau national, le Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie (MEDDE) met en place une évaluation des écosystèmes et de leurs services. Il s’intéresse aux méthodes d’évaluation écologique et socio-économique des services écosystémiques et à leur intégration dans les processus de décision.

Quelques références

Millenium Ecosystem Assessmentl

Les objectifs d’Aichi

Directive Cadre sur l’Eau

Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie

Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité

Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques

Région Rhône-Alpes – Montagne 2040